Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 12:51

Le jardin botanique de Hanbury (Giardini botanici Hanbury) est situé près de la ville Vintimille en Italie est un des plus grands jardin botanique  de la riviera Italienne

Il est au CAP MORTOLA et est accessible depuis Menton par la route RN7 l'entrée se faisant par le haut du jardin.

Ce fut une formidable découverte que nous partageons ici avec vous, comme un rayon de soleil!

Historique:

En 1867, Thomas Hanbury, un Anglais ayant fait fortune aux Indes, est à la recherche d'une résidence loin des pluvieux hivers britanniques. Après avoir parcouru le sud de la France et la côte ligure, il découvre le cap de la Mortola et décide de s'y installer. Le lieu est tout à fait exceptionnel : une pente de 18 hectares couverte d'oliviers, d'agrumes et de vignes plongeant dans la Méditerranée, traversée par la Via Julia Augusta qui reliait les Gaules à l'Italie romaine. Sur la vaste propriété s'élève également une demeure bâtie au xvie siècle.

 

Le village de Mortola vu du bas du jardin

 

Hanbury-mai-2013-0081_8033.JPG

Hanbury-mai-2013-0050_8002.JPG

Hanbury-mai-2013 0056 8008Hanbury-mai-2013 0058 8010Hanbury-mai-2013 0063 8015

Hanbury-mai-2013 0093 8045

Hanbury-mai-2013 0065 8017Hanbury-mai-2013 0067 8019Hanbury-mai-2013 0069 8021Hanbury-mai-2013 0073 8025Hanbury-mai-2013 0075 8027Hanbury-mai-2013 0078 8030Hanbury-mai-2013 0080 8032

Hanbury-mai-2013 0087 8039Hanbury-mai-2013 0089 8041

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté jardin
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 11:02

Thématique déchets recyclage et compost

animations-paques-0268_7899.JPGanimations-paques 0262 7893

La vie du sol

animations-paques 0261 7892Aspirateur à insecte

animations-paques 0269 7900

animations-paques-0305_7936.JPG

 

animations-paques 0285 7916animations-paques 0289 7920

animations-paques 0306 7937animations-paques 0298 7929

 

A partir de bouteilles plastiques

 

animations-paques 0313 7944

Les insectes en bouteilles plastiques ont été placés au jardin sur la pergolas..pour la chasse au trésor du lendemain..

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Ateliers
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 07:55

A l'heure où l'emprise de l'argent parait inéluctable , l'association j'art dain partagé vous propose d'expérimenter l'alternative car elle EXISTE:

A Belley venir Echanger , troquer avec le Système d'Echange Local du Bugey "étainsel" sur la thématique jardinage, liberté des semences, et animation compost "vive les vers de terre" que nous proposerons avec Mathilde au jardin partagé de st Anthelme (de 14h30 à 16h30 :20 avril, belley)

A Chambéry avec nos amis partenaires autour de ce forum "terre nourricière ou grands projets inutiles" pour la sauvegarde des jardins familiaux de la Cassine menacés par le projet de construction d'un autre centre d'affaires (les 18, 19, 20 avril à Chambéry)

JARDINER C'est RESISTER!

 

 

579577_10151422429159051_1781589920_n.jpg

aff20avriltroc.jpg

 

 

      FORUM TERRE NOURRICIERE:

Aéroport de Notre Dame des Landes, Lyon Turin, Gaz de Schiste, OL land de Décines, construction d'un n-ième centre d'affaires à la Cassine, etc : Nos luttes contre les petits ou grands projets inutiles et imposés se rejoignent.

 

Nous luttons pour une transformation totale du modèle actuel de développement socio-économqiue. Les projets utiles, remis à l'échelle humaine, doivent réellement prendre en compte tous les critères écologiques et sociaux, et intégrer une véritable concertation démocratique. La préservation des ressources naturelles, la sobriété énergétique et la relocalisation de nos activités et de notre alimentation doivent en être le socle.

 

 

Oui à la préservation de la terre nourricière ni ici et ni ailleurs !

 

 

Gens, Terre, Eau, Vie... tout se vend, tout s'achète. Proyéger des terres ? Quelle drôle d'idée au temps des grands projets censés représenter le progrès, mais en réalité l'expression de la spéculation foncière et de la recherche du profit, de l'accumulation sans fin du capital par les groupes privées, reponsables de la desruction de l'humain et de la nature.

 

Ces terres constituent de précieuses ressources porteuses d'un autre avenir! Ce n'est donc pas le béton, ni le goudron, mais les terres agricoles présentes qui assurent nos besoins alimentaires. Les paysans, premières victimes de Notre Dame des Landes, savent ce que c'est de se battre pour le droit à la terre. Gardiens de la terre nourricière, ils ont ouvert une voie de résistance : suivons cette voie, envoyons un message d'alerte aujourd'hui, pour éviter un crash demain. Ensemble, protegeons la terre et les lieux de vie, jardinons et imaginons des projets, plus petits mais surtout utiles à la préservation des biens communs.

 

Quel que soit le sujet, nous constatons que :

 

Ces projets constituent pour les territoires concernés un désastre écologique, économique et humain : destruction de zones naturelles et de terres agricoles, déplacement de populations et dégradation irréversible de l'environnement.

 

Ils ont en commun un simulacre de participation démocratique de la population aux décisions. Nous dénonçons l'opacité avec  laquelle agissent les élus, leur refus d'entendre les citoyens et leur mépris des propositions alternatives;

 

La justification de ces projets se base sur des arguments d'amélioration socio-économique, basés sur des hypothèses de croissance et de création d'emplois attractives mais fausses, se traduisant par une sous-estimation des coûts de réalisation et une absence de cohérence globale.

 

 

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté combats écologiques
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 11:38

Deux évènements où nos jardiniers seront présents:

13 avrilCARNAVALportes-ouvertes-03.jpg

Au Carnaval les j'art dain partagés sur la thématique de chapeaux de pailles décorés

A l'école Montessori visite du jardin partagé des enfants et animation sur le compostage à 11h30

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 08:32

Assauce des Jardins Solidaires

Le jardin du lavoir

 

L’année dernière, Christine nous a proposé une petite parcelle, propriété d’un pote à elle, qu’il n’avait pas le temps d’entretenir.

Au pied de la coulée verte de Meximieux, traversé par le ruisseau de la Bovagne (celui qui alimentait le superbe lavoir au temps du séminaire), il est un peu à l’ombre des immeubles, mais c’est une sorte de coin historique de la ville.

 

Quand on l’a visité avec Christine, il était envahi de ronce et de prèle mais il nous a tout de suite beaucoup plu. De l’autre côté du ruisseau, la parcelle appartient à un gars qui fait quatre courgettes l’an pour ramener à sa maman en Angleterre. Il y avait deux noyers, un laurier sauce de belle taille, un beau lilas et un tout jeune pêcher. La terre est d’une richesse inouïe, noire et pleine de bestioles. Aucun risque de sécheresse, grâce au ruisseau.

3AVRILlavoir1.png

 

 

A l’époque, nous étions encore dans un état d’esprit guerrier vis-à-vis de la nature et donc, notre première préoccupation, a été de nous débarrasser de la ronce et de la prèle par tous les moyens mécaniques à notre disposition. A savoir la faux et la bêche.

Et ça a bien fonctionné, on a fait principalement de la patate et du haricot cette première année. Aujourd’hui, je pense que nous serions nettement moins agressif. On aurait fauché les ronces et on les aurait laissé composter pour l’année prochaine sous des cartons, de la terre et ce qu’on aurait trouvé de déchets verts. Et puis, on aurait gardé de la prèle.

En fin de saison, le fiston de Christine s’est pointé avec des plans de choux. Il a retourné une planche et les a mis en terre. Bon, ça n’a pas été une réussite, mais je pense qu’il était un peu tard. Les plans ont passé l’hiver, on va les garder pour essayer de faire de la graine.

Quand on travaille au lavoir, on a parfois des surprises avec les passants. Habitués à voir une friche, ils n’hésitent pas à engager la conversation en nous voyant bosser. Le plus souvent, on en apprend juste de belles sur le chienchien à son pépère. Parfois on a des discussions plus riches.

Mais ma préférée, c’est la mémé qui avait l’air toute contente que nous soyons là, qui nous voit de sa fenêtre et qui nous a mis la pression. « Le meussieu, avant, faisait un jardin formidable». Avant, ça doit remonter à dix ou quinze ans, au bas mot. On va faire ce qu’on peut pour la mamie dont on ne connait pas encore le prénom.

 

Comme j’ai expliqué dans le post d’avant, avec les copains, on a décidé de faire des expériences. Ici, ce sera le jardin-forêt. Ici, cette année, on ne va pas de fatiguer. On va laisser faire la nature.

 

Ou presque.

 

A l’automne nous avions commencé à former des sortes de jardinières.

3AVRILlavoir2.png

 

 

Alors, dès que les autres potagers nous en laisseront le loisir, on va décaisser les allées pour alimenter ces jardinières de bonne terre et des sortes de buttes en carré ou triangle.

 

Dessus on mettra de tout dans tous les sens et on laissera faire. On essayera aussi de faire la maximum de graine, choux, mais aussi persil et mâche par exemple, en récupérant les plantes qui ont survécu à l’hiver.

 

Enfin, il faut noter que le lavoir accueille, depuis l’année dernière, ce qui est peut être le premier pied de chouchoute de l’Ain.

3AVRILlavoir3.png

 

 

La chouchoute est une cucurbitacée pluriannuelle qui pousse sous forme de liane et qui n’aime pas l’hiver, forcément, là d’où elle vient il fait rarement en dessous de zéro. D’où le nid à chouchoute ci-dessus.

 

Ca pousse à Marseille chez ma mère ou chez tonton Kiki qui m’a filé les plans. Mais un pote antillais m’a dit qu’il en avait réussi en Ardèche. L’année dernière, la liane a colonisé la clôture et même le noyer. Elle a fructifié, mais les fruits ne se sont pas développé. Ca arrive la première année, même sous des latitudes plus clémentes.

On verra l’année qui vient. Je vais tenter deux espèces différentes sur la parcelle familiale et Marie-Noëlle de la ferme de St Eloi en a aussi adopté. On verra bien, j’en reparlerai si ça marche.

 

A la prochaine.

Renaud

 

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté jardin
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 10:05
Visite-contee-19.04.13.jpg
Nouvelle visite contée de l'Office de tourisme 
à découvrir
 le vendredi 19 avril à 18h
sur la thématique des 
cours et des jardins de Belley


Belley compte de nombreux parcs et jardins.
Certains ont disparu, d'autres se sont embellis ou ont été transformés pour s'ouvrir au public.
Notre guide, Sabrina, vous emmènera à la découverte des espaces verts de la ville, du Parc Jean-Pierre Camus en passant par le jardin des Visitandines, pour vous narrer l'histoire de ces lieux incontournables du paysage belleysan.
Entre chacun de ces sites, Cathelaine poussera pour vous les portes des cours intérieures et vous fera voyager en contes et en chansons.
La visite se terminera, pour ceux qui le souhaitent, par une participation à la mise en valeur du jard'ain partagé de la Maison Saint-Anthelme

Durée de la visite : 2h - Rendez-vous à l'Office de tourisme à 17h45 pour un départ à 18h
Tarifs : adultes 6 € 
Enfants de 10 à 15 ans 3 € - Gratuit pour les moins de 10 ans. 
Attention : nombre de places limité - réservation préalable obligatoire

Réservation en ligne
ou au 04 79 81 29 06


Pour plus d'information : groupes@tourisme-belley-bas-bugey.fr ou 04 79 81 29 06
Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté jardin
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 11:00

jardinssolidaires

Suite des aventures jardinières de notre collègue RENAUD des "jardins solidaires" de Pérouge

 

Assauce des Jardins Solidaires 

La parcelle familiale

 

J’ai réceptionné, mi janvier, 120m² sur le terrain de l’Association des Jardins Familiaux de Meximieux.

L’abord peut paraître austère voire carcéral mais les jardiniers m’ont réservé un accueil cordial et j’avais déjà un voisin-copain dans la place, un ancien de la centrale qui m’aime bien, même si je suis pour lui une sorte d’hurluberlu antinucléaire.

 

Avec ce jardin on déroge un peu au principe de départ de notre association, qui était d’occuper gratuitement des terrains vacants, mais l’occasion était tentante.

Pour 10ct/m²/an, chaque parcelle dispose d’un accès à l’eau et l’électricité (en fin de journée seulement). Le règlement stipule l’interdiction des herbicides mais aussi la plantation d’arbre, y compris des fruitiers, disposition qu’il faudra que je me fasse expliquer, il insiste aussi sur l’entraide. Il faut impérativement refermer le portail après chaque passage.

 

 SensU.png

 

C’est aussi l’occasion de discuter avec des gens. Et moi j’aime bien les gens. Il y a là pas mal de vieux magnifiques, des indigènes-autochtones-du-coin, ouvriers ou chef de gare, bien de chez nous, et des chibanis, ceux qui étaient venus bosser dans les usines et les champs de la métropole, et qui ne sont jamais repartis.

Une proportion de vieux cons sans doute, et plein d’Histoire que je découvrirai au fur et à mesure en jardinant.

Moi, j’aime bien les vieux.

 

Entre autres bonnes surprises en rencontrant les exploitants des Jardins Familiaux, celle-ci :

 SHITAKE.png

 

Le gars produit des pleurotes. Ca donne terriblement envie

 

J’ai lu que de la même manière on peut produire des shiitakes. Si un lecteur de passage avait un plan pour des buches fraichement coupées de 80cm de long et 20 de diamètre, chêne pour le shiitake ou autre feuillus (hêtres, peupliers et saules de préférence) pour les pleurotes, qu’il n’hésite pas à m’en faire part via les commentaires sur ce blog

 

Mais en adhérant aux jardins familiaux, j’avais aussi une autre idée derrière la tête.

 

Les parcelles sont cultivées de façon très traditionnelle par les anciens et les plus jeunes. Chaque cm² y est scrupuleusement et mécaniquement débarrassé de toute adventice, et la terre, consciencieusement retournée plusieurs fois par an. Du coup la vie du sol semble y être quasiment inexistante.

 terrenue-copie-1.png

Hors, depuis un an, avec les potes des Jardins Solidaires, on a tellement lu, vu et entendu sur les techniques de jardinage (et agriculture) sur sol vivant, la culture sur buttes, le BRF, les jardins forêt et autre concepts de permaculture (on pourra peut être faire un post pour lister toutes ces ressources), qu’à l’automne dernier nous nous sommes lancé dans plusieurs expériences de buttes au "laboratoire" et au "jardin du lavoir".

Là, sur cette grande page blanche, d’environ 11m sur 11 c’est encore autre chose. Tout est possible et j’ai une idée assez précise de ce que je veux faire. Mon prédécesseur ne m’a laissé que quelques fraisiers, des poireaux, 2 rosiers et une surface uniformément plate a peine colonisée par quelques herbes rases dont je ne connais pas les noms.

La terre est argileuse d’une belle couleur. Elle est très compacte au début, mais devient plus sableuse quand on se rapproche du Longevent qui déborde sur les parcelles tous les 110 ans. En bordure du ruisseau, elle est même très agréable à travailler, le coin idéal pour les légumes racine (mais ce n’est pas mon plan de culture).

Le plus difficile sera sans doute de faire face au scepticisme de mes voisins qui doivent me prendre pour un fou… ce qui n’est pas forcément désagréable.

 

Le temps de piqueter le terrain pour laisser des bordures de 50cm et de tracer les contours de buttes d’environ 120cm sur 6m, je laisse le terrain s’assécher un peu, et début mars je commence à décaisser les allées.

 terre1

A la bêche plate la tâche est assez aisée. Un conseil pratique pour les collègues qui se lanceraient dans l’aventure : décaisser des allées beaucoup plus large qui seront ensuite partiellement comblées par le tombant des buttes. J’avais respecté scrupuleusement mon piquetage et je me suis retrouvé avec des falaises qu’il a fallu que je casse.

 

Problème, il va me falloir assez de matière pour pailler l’intégralité des buttes et des allées.

 

Un copain, agriculteur bio à St Eloi (http://fermedesteloi.blog4ever.com/), m’a cédé six bottes de pailles et 5 poubelles de 80l de fumier composté.

Super matos, mais ça ne va pas faire le compte. Alors j’ai contacté les services techniques de la Mairie de Meximieux. Le responsable des espaces verts, un gars sympathique qui plante des massifs de fruits rouges en bordure des parking et des blettes sur les ronds points, m’a promit 2 mètres cube de broyat d’élagage de platanes. Mais il semble ensuite m’avoir oublié.

Heureusement, entre temps, mon Claude avait, lui aussi, discuté avec les gars des espaces verts de Pérouges et je découvre un matin un tas de plusieurs mètres cube de broyat (assez vert et qui a commencé aussitôt à micoser et composter) déposé en bordure du laboratoire.

Ca suffira largement pour les deux parcelles.

Sièges arrières ôtés, mon vieux scénic peut contenir 5 poubelles, c’est parti pour quelques rotations.

 

 terre2

Paille, BRF, compost et des piquets de récup qui serviront plus tard

dans les bordures, notamment pour les chouchoutes.

 

Au programme cette année : 2 planches de milpa avec une variété de maïs ancien des Dombes, 2 planches de pommes de paille en association avec du lin, des haricots nains et de la datura, des hypothétiques chouchoutes de l’Ain (ou chouchous, ou chayottes, ou cristophines ça dépend du coin de la planète où on les cultive, si ça marche il faudra leur trouver un nom local) et des buttes mélangées. Je vous raconterais ça plus tard.

 

A+, Renaud.

      buttes1

En haut à gauche les buttes (et en bas à droite) à peine formées des mottes de décaissage.

buttes2

 

A l’arrière plan les trois premières buttes nord-sud paillées

et à l’avant plan une butte est-ouest en cours de réalisation.

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté jardin
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 15:57

Que faire dans son jardin en mars?


Si la terre est mouillée attendez qu'elle sèche, remetter du paillis.

Elle est encore froide et les nuits sont encore fraiches, mais peu à peu le soleil devient plus fort et les jours s'agrandissent...la patience est néanmoins nécessaire, préparons d'abord la terre en l'enrichissant de compost, semer l'engrais vert (lin, phacelie) 

Et puis prenons le temps de flaner, d'observer comment la nature se réveille au jardin...

La promenade au jardin est un petit bonheur de la vie que nous devons retrouver en tout simplicité.

 vous pourrez déjà récolter:

-Les pissenlits sont là tendre et bourrées de vitamines à déguster assaisonnés en  vinaigrette, avec de l'ail et quelques croutons! 

-La mâche de l'année dernière de ci de là

-Et bientôt en foret vous guéterez l'ail des ours, ces feuilles à l'odeur d'ail que vous pouvez utiliser en condiment

-Quelques fleurs de violette pour décorer votre salade de pissenlits et lui donner un petit goût violet...

marsLUNAIRE

Observons notre calendrier lunaire pour organiser un peu nos futures cultures selon les légumes feuilles, fleurs, fruits, racines que l'on aura envie de manger cette année. c'est le moment ou je redessine mon jardin 

Cette année je ne démarre pas mes semis avant avril . J'attendrais que ma terre soi bien réchauffée et que  les limaces affamées à la sortie de l'hiver s'empiffrent des herbes folles.

 

Les plus pressés des jardiners peuvent commencer par

SEMIS DE MARS 

Semis en pleine terre

Fève, épinard, oignon, pois, roquette, carotte, persil, Carotte,

 

Semis en godet au chaud

Céléri, chicorée frisée et scarole pour les amateurs de salades

Trouver chez un endroit ensoleillé, penser maintenir la terre humide des semis

Semis sous abris

extérieur

 radis, laitue de printemps, (navet, choux)

 

(source 4 saisons du jardinage bio)

 

Mettre de coté les pommes de terre germée du fond du frigo (mise en terre en avril)

 

RENDEZ VOUS DE MARS AU JARDIN PARTAGE DE BELLEY:

Samedi 23 mars: 10h préparer, réparer..

Mercredi 27 mars à 13h30: Atelier amender, pailler..faire le topo



Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Ateliers
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 08:45

15-Mars-secrets-de-champs-0163.JPG

15-Mars-secrets-de-champs-0165.JPG

La soirée projection débat autour du film d'HONORINE PERRINO "secrets des champs" a conquit l'auditoire de la salle de la maison des sociétés de Belley ce jeudi 14 mars.

Après la projection du film, Gérard Boinon ouvre la parole: De la culture agricole parole de vie sa transformation "d'exploitant agricole" en "paysan" , le regard poétique retrouvé sur les insectes et la plantes, la nécessaire conscience de ce que nous avons dans nos assiettes via le danger des OGM, l'ingéniosité de l'agro écologie et l'espoir d'une pratique agricole qui peut REENCHANTER LE MONDE ...

Les j'art d'ain partagé ont été heureux de ce moment rencontre exceptionnelle.

Pour ceux qui ont loupé cette séance , Une autre projection débat est prévue:

par l'AMAP TERRE AIN D'ENTENTE

VENDREDI 5 AVRIL 2013

20H30 à LA MAISON DE PAYS DE CHAMPAGNE EN VALROMEY

 soirée animée par Yvan Gautronneau (enseignant chercheur en agronomie) Entrée libre

Progres14mars2013.jpg

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté combats écologiques
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 18:50

L'ASSOCIATION J'art d'ain partagé aura le plaisir de VOUS PRESENTER


Jeudi 14 mars 2013  

 

à 20h 

Maison des sociétés

Belley  

Pour ceux qui ont loupé cette séance , Une autre projection débat est prévue:

MARDI 2 AVRIL A 19h45

AU CENTRE SOCIAL ET CULTUREL D’HAUTEVILLE-LOMPNES

SOIREE FILM ET DEBAT

Soirée organisée par le groupe projet jardin

et

Animée par GERARD BOINON (Ancien agriculteur co-fondateur de Réso InfoOGM

par l'AMAP TERRE AIN D'ENTENTE

VENDREDI 5 AVRIL 2013

20H30 à LA MAISON DE PAYS DE CHAMPAGNE EN VALROMEY

 soirée animée par Yvan Gautronneau (enseignant chercheur en agronomie) Entrée libre

 

 

 

"SECRETS DES CHAMPS"  

Un film d'Honorine Perrino produit par Res'OGM info

secrets-des-champs.jpg

Gérard Boinon ,agriculteur retraité membre du res'OGM,   nous fera le plaisir de partager son parcours d'agriculteur et nous permettra d'échanger sur nos pratiques jardinières , horticoles, ou agricoles ..

 

Synopsis:

Ce film illustre sans opposition ni polémique la manière dont les plantes cultivées   s'associent, coopèrent, communiquent et cohabitent avec les êtres vivants qui les entourent: les insectes, les champignons du sol et les autres plantes.

 

Les recherches scientifiques et paysannes récentes ouvrent des pistes d’innovations pour l’agriculture, 

éclairées par l’expérience de Marc Dufumier, agronome émérite. Du maraîchage à l’agroforesterie, en 

bio comme en agriculture de conservation, ce sont finalement les pratiques des paysans qui permettent 

d’activer le potentiel du vivant pour l'agriculture.

 

Bande annonce de "secrets des champs"

 

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture

Présentation

  • : Le blog de j'art d'ain partagé
  • Le blog de j'art d'ain partagé
  • : Blog migré sur http://jartdainpartage.org/
  • Contact

Recherche