Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 15:15

Toujours prêts à expérimenter des démarches de jardinage alternatives, au jardin partagé de Belley , cette année nous avons expérimenté les "pommes de terre sur gazon"

Inspirés par la démarche de FOKUOKA nous cherchons à enrichir notre parcours d'inspiration de techniques de jardinage autour de "l'agriculture du "non agir"  (à décourvrir ce jardinier docteur en phytopathologie japonais des années 70 à l'origine de la permaculture et de l'agriculture bio sur semis couvert..)

 

Pour nos pommes de terre nous avons suivit les indications de ce film, très explicite:    

 

A découvrir également la pratique de jardinage sans travail du sol de Dominique SAULTNER professeur Agronome (lien vers site agrovideo) qui  nous a permis cette année d'étendre nos jardins dans la friche sans aucun travail de défrichage, béchage, motoculture etc.. nous avons pratiqué le MULTCHING ainsi que cette vidéo (ici extrait) l'explique

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 08:52

Suite à l'accord trouvé sur le budget européen, les grands axes de la réforme de la PAC seront très certainement votés par le parlement européen lors de la prochaine cession plénière, du 11 au 14 mars prochain.

Il nous reste une semaine pour changer la PAC !

Nous vous proposons d'interpeller vos députés par le biais de la cyber action lancée en partenariat avec GOOD FOOD GOOD FARMING dont voici le textes et liens ci joints

 

 

[ 2 929 participations ]

 

logo goog foog good farming campaign

Plus d'infos

La Commission agricole du Parlement européen a réussi à détricoter les propositions déjà peu ambitieuses de la commission européenne. Ainsi :
  • Le plafonnement des aides même appliqué à partir de 300 000€ sera facultatif. Ce qui pour la France ne concernait déjà que 160 exploitations... 20% des bénéficiaires continueront à toucher 80% des aides. L'emploi et les structures a taille humaine sont encore les grands oubliés de cette réforme.
  • Le verdissement a été vidé de son contenu, ne sera pas rendu obligatoire et ne place donc pas l'Europe dans une vraie démarche de transition agro-écologique.
  • Les subventions à l'exportation sont maintenues et vont continuer à affaiblir les économies vivrières des pays en voie de développement.
  • L'argent public destiné initialement à des mesures spécifiques pour le développement rural va servir pour parti à financer des assurances privées. L'argent public pour le bien public !


La dernière chance pour avoir une réforme de la PAC plus juste et plus verte et lui redonner ainsi une légitimité aux yeux des citoyens européens est d'aller rencontrer nos députés européens pour leur dire la PAC que nous, citoyens européens, souhaitons.

Tous les réseaux souhaitant participer à cette dernière ligne droite démocratique sont invités à s'approprier cette campagne et la diffuser au maximum pour influencer le vote de nos députés en mars prochain.

Interpellez maintenant vos euro-députés !

Comment faire pour changer la PAC?

Connectez-vous sur :  www.gomad.fr. (infos sur la réforme, carte des RDV avec les députés, mode d'emploi de la campagne)
Mobilisez vos réseaux / partenaires / proches pour qu'un maximum de personnes se sentent concernées et participent à la campagne.
Venez nombreux le le jour du vote ou un grand rassemblement international est prévu à Strasbourg pour que les citoyens européens montrent à leurs représentants politiques, au moment du vote, leur volonté d'une autre PAC. Nous vous tiendrons au courant du jour précis dès que celui-ci sera officiel.

- Mobiliser vos réseaux pour que nous soyons un maximum à Strasbourg le 12/03 lors du vote de la réforme en plénière au parlement européen.

Samuel Feret & Pierre-Alain Prévost
http://www.goodfoodgoodfarming.eu/  
http://www.pouruneautrepac.eu/  
 www.gomad.fr. 
Pour toute info: +33 6 65 78 54 90

 

 

 

Texte de la cyberaction proposé

M. le président de la Commission Européenne
M. le député, Mme la députée,

Bientôt vous voterez sur la réforme de la Politique Agricole Commune. Assurez-vous s'il vous plaît que ce ne soit plus l'agrobusiness qui soit soutenu par la PAC, avec ses fermes usines, ses monocultures et l'utilisation intensive de pesticides.

Pour une répartition des aides plus équitable et pour ne pas favoriser la concentration des exploitations, les subventions doivent être plafonnés à 100 000€ par bénéficiaire.

De même les subventions devraient soutenir uniquement des systèmes de production qui:
* Cultivent au moins 3 cultures différentes en rotation
* Réservent 7% de leur superficie pour préserver la biodiversité sans y utiliser de pesticides
* Maintiennent leurs pâturages permanents à leur niveau actuel

Votez pour une PAC qui soutienne une agriculture à taille humaine, créatrice d'emplois et respectueuse de l'environnement. Le temps est venu de s'engager dans une agriculture durable.
Depuis 6 semaines, des groupes de citoyens ont rencontrés les députés français pour parler de ces enjeux. Retrouvez la PAC que souhaitent les citoyens européens en cliquant ici
http://gomad.fr/concretement/

Dans l'espoir que le Parlement saura revenir sur les décisions de la commission agricole, veuillez agréer, Monsieur le président, M. le député, Mme la députée, l'expression de mes salutations citoyennes.

 

Voici comment faire?


1) signer la pétition sur: 

 http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/semaine-changer-pac-581.html

2) interpeller vos députés:

http://gomad.fr/

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté combats écologiques
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 23:01

De nouvelles solutions émergent pour avoir des techniques agricoles moins consommatrices d'intrants chimiques.

 

 L'agro-foresterie est une technique alliant l'arbre à la parcelle de culture. Les arbres permettent un meilleurs échange entre le sous sol cultivé et le sous sol profond. 

 

Cela diminue l'évapo-transpiration des plantes cultivées donc diminue la consommation d'eau. Les arbres permettent de recréer un milieu naturelle et une bio diversité.

 

  
Les haies permettent de recréer aussi un milieu naturel :
  

 

 

Nous voyons aussi l'intéret paysager de l'arbre dans l'espace agricole :

 

 

 

 

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 10:46

Nous sommes allés voir ce film exeptionnel en présence de son réalisateur Jean Paul JAUD, ce fut une soirée projection et débat très enrichissante qui nous a renforcé dans nos motivations. Vous pouvez encore voir ce film dans la région à ces dates, mais dépêchez vous pour ne pas le LOUPER !

SAMEDI 23 février 20h30 à AIX les bains Cinéla Victoria: salle comble!

Dans l'Ain:

JEUDI 21 février 20h30 à Ambérieu au cinéma FESTIVAL

VENDREDI 22 février 9h30 à Amberieur pour les lycéens 

 

JEUDI 28 février 20h30 à Hauteville -Lompness au cinéma le NOVELTY

A savoir :

Au moment où l'on est au salon de l'agriculture et débat sur la PAC, 

 la RUSSIE et l'INDE elles, ont fait un moratoire sur l'OGM MK603 qui nourrit nos bétails et nos enfants ,

alors que l'Europe et notamment la France n'y est pas encore!

Le japon est sortit du nucléaire et pourtant il ne sont pas retournés à la BOUGIE!?


ALORS C'EST POSSIBLE!

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté combats écologiques
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 09:12

A l'heure  où le scandale de la viande (minerais de viande de cheval, viande frelatée)  dans les surgelés met en avant des stratégies de profits au détriments de tout bon sens , nous sommes en mesure de nous interroger sur notre sécurité alimentaire face à ce monde agro industriel.

l'agro industrie se fout de notre santé.


Nous sommes "tous cobayes" pour reprendre le titre du film de jean paul JAUD  que nous allons voir samedi 23 fevrier 2013 à aix les bains (lien vers blog)


Les cancers nous touchent tous et même les plus jeunes (lien) citoyens, les agriculteurs, travailleurs en espace vert en première ligne

Voilà ce que nous devrions attendre d' une "réforme de la PAC" (Politique Agricole Commune) respectueuse des générations futures:

une prise en compte et aide à la conversion urgente et immédiate aux alternatives de production biologiques!

Sortir du tout pesticides et intrants est urgent! 


La terre, l'eau.. Notre bien commun doit être préservée contre ses requins spéculateurs! C'est ce que nous disent ces grands personnages tels Marc Dufumier, jean marie Pelt...à voir cette vidéo ci jointe


Extrait du débat organisé le 12 mars 2012 en ouverture de la Semaine des alternatives aux pesticides en Alsace à Strasbourg : Marc Dufumier, Jean Marie Pelt et Denis Cheissoux débattent pour répondre à la question : l'agriculture bio peut-elle nourrir durablement la planête ?

 
Thèmes du film 2 : une révolution technique nécessaire pour atteindre l'objectif de moins 50 % de pesticides fixé par le Grenelle, propositions pour la nouvelle politique agricole commune


 

ETES-VOUS CONTAMINE AUX PESTICIDES ?

 
pesticides.jpg
La France est la championne d'Europe de consommation de pesticides et occupe le 3ème rang mondial. Le Grenelle a fixé un objectif de réduction de 50 % de leur usage d'ici 2018, mais quid de la contamination de l'air, de l'eau, des sols et des aliments ? Réponse avec l'Observatoire des résidus de pesticides et sa carte interactive de nos expositions par l'air, l'eau et les sols. 
Alors que les sources d'exposition professionnelle aux pesticides découlent directement de l'emploi qui en est fait, la population générale est essentiellement exposée au travers de son alimentation et de son environnement, explique l'Observatoire des résidus de pesticides (ORP). "La contamination de l'environnement expose donc tout un chacun à des niveaux de pesticides variables et souvent difficiles à apprécier."
Afin d'informer le public et de favoriser l'accès aux données concernant les résidus de pesticides sur le territoire français, l'ORP a mis en ligne une carte interactive inédite. Elle permet en effet d'accéder à toutes les bases de données décrivant la présence de résidus de pesticides à la fois dans l'air, l'eau et les sols sur tout le territoire, y compris les DOM-TOM. 
En un simple clic sur une région ou sur un département tout un chacun peut donc accéder à une documentation complète, souvent technique. 

Des voies d'exposition très variées : (Lire l’article complet) =>http://www.ddmagazine.com/1015-pesticides-environnement-etudes-analyses-carte-de-France.html

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté combats écologiques
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 13:06

StValentin.jpg

 

SOIREE FILM DEBAT

"Secrets des champs"

 

secrets des champs

 

Présenté par G Boinon


Agriculteur du Res'OGM AIN


JEUDI 14 MARS à 20h


Salle 1 Maison des sociétés BELLEY


ENTREE LIBRE

 

Contact/infos:

jartdainpartage.over-blog.com / courriel: jartdainpartage@yahoo.fr  

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Rendez -vous
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 16:30
Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté jardin
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 12:44

Le GNIS législateur : ça ne peut plus durer !

Lors de l’émission récente, sur France Inter1, réunissant le GNIS2, l’association Pro-maïs, l’association Kokopelli, et Christophe Bonneuil, chercheur à l’INRA, Monsieur Burgaud, Directeur de Communication au GNIS, a répété, à plusieurs reprises, que chacun en France était « libre de semer ce qu’il voulait » ( !)

C’est une contre-vérité, bien entendu, et Monsieur Burgaud s’est beaucoup amusé à jouer sur les mots, puisque chacun sait qu’en dehors du Catalogue Officiel il est interdit de vendre, échanger ou donner, à titre onéreux ou gratuit, toute semence ou matériel de reproduction végétal. Nous sommes fort aise, malgré tout, de constater que, dans l’esprit du GNIS également, cette situation semble absurde et qu’il serait grand temps de permettre aux paysans de recouvrer un peu de leur liberté…

En revanche, il est une chose sur laquelle nous voudrions faire la plus grande lumière :

Monsieur Burgaud a prétendu que le GNIS n’avait pas le pouvoir d’écrire les textes qui régissent la profession. Pourtant, l’article 3, al. 5 de la loi du 11 octobre 1941, qui, sous Vichy, a créé le GNIS, rend les propositions du GNIS « obligatoires pour tous les membres des professions intéressées dès qu’elles ont reçu, selon le cas, l’acquiescement du ministre d’Etat à l’agriculture ou du commissaire du gouvernement ».

Ce cadre juridique, il faut en convenir, permet pourtant bien à la profession de transformer ses désirs réglementaires en réalité, avec l’aval et l’autorité de l’Etat.

Mais ce n’est pas tout : une vaste réforme de la législation européenne sur le commerce des semences est actuellement en cours. Or qui, dans les bureaux de la Commission Européenne, rédige, conjointement avec quelques fonctionnaires européens, la proposition législative ?

Madame Isabelle Clément-Nissou, Directrice des Relations Internationales du GNIS, et détachée par le Ministère de l’Agriculture français en tant qu’« expert national » !

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que le lobby semencier installé à Bruxelles, l’ESA (European Seed Association) se soit déclaré « très satisfait » de la proposition législative présentée par la Commission Européenne le 17 janvier dernier…

Mais pourquoi ce mélange des genres ? Quel est exactement le rôle du GNIS ?

Cet organisme, qui regroupe exclusivement des professionnels privés de la filière semences présente toutes les caractéristiques d’un groupe de pression défendant les intérêts de l’industrie semencière.

Il se présente d’ailleurs officiellement comme le défenseur des « intérêts » de cette filière, et ne cache pas que l'une de ses missions est que « les législateurs européen et français prennent en compte les préoccupations de la filière (…) : biotechnologies et OGM, biodiversité, propriété intellectuelle et brevets, protection des semences et environnement », thème sur lesquels l'interprofession aurait dernièrement « accru ses actions d'information et de communication ».

De plus, le GNIS ne représente que les professionnels engagés dans la logique industrielle.

En effet, il ne regroupe en son sein que les « organisations professionnelles les plus représentatives », à l’exclusion de toutes celles, minoritaires, qui tentent de faire émerger une autre logique.

Malgré cela, et ignorant tout du concept de conflit d’intérêt, le législateur sous Vichy, puis le pouvoir réglementaire, lui ont confié des missions de représentation officielle de la France, en Europe et à l’international, d’élaboration de textes réglementaires et de conseil auprès du Ministère de l’Agriculture, une mission de contrôle et de certification de la production de semences auprès de ses propres membres (et souvent par ses propres membres), et, afin de boucler complètement la boucle de la consanguinité et de l’autocratie, une mission d’agent de répression des fraudes, pour sanctionner ceux qui ne voudraient pas admettre la légitimité d’un tel système !

Ce mélange des genres, qui institutionnalise les conflits d’intérêt, n’est pas admissible dans une société démocratique.

L’intérêt général, dans un contexte au surplus qui a vu l’expansion de l’industrie semencière se faire au dépends de la biodiversité, commande d’assurer la pluralité des opinions et la protection des intérêts minoritaires.

Ainsi le GNIS qui tient la plume du législateur, représente celui-ci, contrôle l’application de la loi et sanctionne ses contrevenants : ça ne peut plus durer !

Cette survivance du régime autoritaire de Vichy doit disparaître, une fois pour toutes.

Nous proposons le retrait immédiat du mandat de Madame Clément-Nissou, de même que la dissolution pure et simple du GNIS ou, à tout le moins, la suppression définitive de toutes ses prérogatives de puissance publique.

1 « Coup de semence : le business des graines, le champ des problèmes » - Service Public, par Guillaume Erner – émission du 4 janvier 2013 
2 Groupement National Interprofessionnel des Semences, graines et plants (GNIS)

La liberté de semer, selon Stéphane Le Foll

Nous tenons à remercier tous les parlementaires français qui, ces derniers mois, se sont émus ou indignés de la décision récente de la Cour de Justice de l’Union Européenne et ont ainsi, de leur propre initiative, relayé auprès du Gouvernement, par des questions écrites ou orales, nos préoccupations et propositions.

Ce qui nous étonne, en revanche, c’est que Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, a invariablement répondu à ces questions, sur un ton très encourageant, qu’il envisageait bien de rendre possible, pour les agriculteurs, le « triage à façon »

 

.

 

Outre que nous émettons les plus vives réserves quant à l’intention réelle de M. Le Foll de rendre possible la semence de ferme, alors que la loi du 9 décembre 2011 qui rend celle-ci payante n’a pas été abrogée, le « triage à façon » n’a strictement aucun rapport avec la problématique de Kokopelli.

Mais il ne doit s’agir que d’un malentendu, de la part de notre Ministre PS. En effet, nous comptons bien sur celui-ci, dans le contexte urgent de réforme de la législation européenne sur le commerce des semences, pour donner une suite favorable à nos demandes présentées ci-dessus.

Ce n’est, dans tous les cas, pas notre Premier Ministre, M. Ayrault, qui le contredira sur ce point, puisque la ville de Nantes rehausse ses platebandes avec notre diversité. Et nous l’en remercions bien sincèrement ainsi que son proche collaborateur, M. Gilles Rettière, le maire de Rezé et le président de Nantes Métropole, en compagnie duquel Kokopelli coupera le ruban d'inauguration du salon bio de Rezé, Natura 2013, le 8 février prochain - Kokopelli étant le parrain du salon Natura cette année. Rappelons que M. Gilles Rettière avait fait voter à l'unanimité, il y a quelques années, un Voeu de soutien à l'Association Kokopelli par la ville de Rezé.

Remercions aussi Monsieur Jean Germain, Maire PS de la ville de Tours, qui, parmi tant d’autres communes de France, nous témoignent leur soutien.

Allez le PS, il y a encore tant à faire…

Les anciennes variétés françaises de maïs enfin accessibles ?

Lors de l’émission radio évoquée ci-dessus, Monsieur Jean Beigbeder, vice-président de l’association Pro-Maïs, qui regroupe les sociétés Limagrain, Monsanto, Pioneer, Syngenta, et autres enfants de chœur, a soutenu opiniâtrement que les ressources génétiques françaises étaient accessibles à tout le monde, y compris aux agriculteurs, jardiniers amateurs et associations dissidentes.

Il s’est même personnellement engagé à faire parvenir à l’association Kokopelli, par lots de 600 grains, les 276 variétés anciennes de maïs que conserve le « Réseau de conservation des ressources génétiques du maïs », constitué de l’INRA et de l’association Pro-Maïs.

 

Nous avons donc fait une demande officielle et nous nous réjouissons dès maintenant de la réponse, assurément positive, qui nous sera réservée,

nous permettant d’enrichir ainsi notre collection de maïs

 

Nous vous engageons, agriculteurs et jardiniers passionnés de biodiversité, à en faire de même !

Pour cela, il suffit d’adresser une demande, par écrit ou par fax, à :

Madame Anne Zanetto
INRA, UMR-DIAPC
Domaine de Melgueil
34130 MAUGUIO.

fax: (33) 4 67 29 39 90

N’oubliez pas de joindre à votre demande 2 exemplaires signés de l’Accord de Transfert de Matériel, disponible ici.

fse-florence 0212

Vandana Shiva, rencontrée au Forum Social Europén 2012 à Florence

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté jardin
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 15:36

L'AG de l'association "d'un jardin à l'autre" (de Bellegarde /Valserine) s'est déroulée dans la grande salle du château de Musinens, qui malgré sont qualificatif de "grande salle" s'est révélée trop petite pour acceuillir tout le monde.

 

Le décor était magnifique, et les actions de l'association ont été présentées  à travers un diaporama.  Parmis l'assistance, il y avait plusieurs conseillers municipaux dont le 1er adjoint de Bellegarde, une conseillère régionale et un conseiller général.

 

L'association de plus en plus active a accueillit plusieurs classes pour des actions d'éducation à l'environnement. Plusieurs ateliers ont été présentés comme celui de la gym douce et celui de l'écriture.

 

Pour l'année prochaine, plusieurs actions sont prévues notamment la visite d'autres jardins en Savoie ou dans le canton de Vaud tout proche.

(voir le programme).

 

AG1.jpg

 

Le château de Musinens est un château dont les parties les plus anciennes dates du XIIIe siècle mais qui a un aspect XV, XVI e siècle avec ses belles fenêtres à meneaux. Il a abrité le seigneur de Bouvens qui a été gouverneur de la citadelle de Bourg en Bresse pour le duc de Savoie lors de son siège par la france . Alors que toutes les forteresses de la Bresse, du Bugey et de la Savoie tombaient, une seule a résisté : la citadelle de Bourg en Bresse. Cette citadelle a été construite par Emmanuel Philibert duc de Savoie qui redoutant une autre invasion française (la france avait envahit une première fois le duché de Savoie laissant au duc Charles III, que Nice, le val d'Aoste et Vercelli) a lancé un programme de fortification de son duché. Les forteresses les plus puissantes ont été celle de Nice et Villefranche/mer (la seule qui existe toujours), la citadelle de Turin et de Bourg en Bresse.

 

La citadelle de Bourg en bresse fut démollit par Louis XIII de peur qu'elle ne se retourne contre eux (le pays fraichement annexé n'était pas encore pacifié : la population espérait encore le retour du duc de Savoie qu'elle soutenait en sous main) . La citadelle de Nice fut démollit par louis XIV lassé de l'assièger à chaque fois qu'il envahissait la Savoie. Celle de Turin, resista héroiquement au siège des Français (Lousi XIV) de 1706 pendant la guerre de succession d'Espagne (on peut encore visiter à Turin les contremines de la citadelle, au musée Pietro Micca). Cette citadelle sauva le duché de Savoie de l'anéantissement total. Elle fut démollit lors de l'agrandissement de Turin au XIXe siècle. Le seul témoin de cette époque, c'est la citadelle de Villefranche/mer qui était alors le port de guerre de la Savoie et le château de Musinens qui conserve ce souvenir par l'intermédiaire de son ancien propriétaire monsieur de Bouvens.

 

 http://www.chateaumusinens.bellegardesurvalserine.fr/le-chateau/historique/un-peu-d-histoire.html

 

musinens-0021_7496.JPG

 

Voici la programmation de l'année en cours sur le site : http://www.jardinmusinens.bellegardesurvalserine.fr/

et quelques infos :

- une fleur du jardin sur un timbre :

http://www.jardinmusinens.bellegardesurvalserine.fr/d-un-jardin/le-jardin-de-guichard-et-matel/2011/une-fleur-du-jardin-sur-un-timbre.html

- 1er prix du concours national du potager :

http://www.jardinmusinens.bellegardesurvalserine.fr/d-un-jardin/le-jardin-de-guichard-et-matel/2011/2011-annee-exceptionnelle.html

- mise en place d'un maraicher bio à Billiat pour alimenter les cantines de Bellegarde sur Valserine.

Donc c'est un jardin de très grande qualité dans un cadre magnifique et historique que nous vous invitons à découvrir.

 

 

 

 

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Rendez -vous
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 19:02

Nous vous offrons la possibilité de regarder ce film (à ne pas manquer) que nous avons pu découvrir samedi 19 janvier

Une merveille de contemplation, très poétique et très instructif pour jardiner plus sereinement en 2013

Une belle série en 6 parties à déguster à votre rythme!


Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture

Présentation

  • : Le blog de j'art d'ain partagé
  • Le blog de j'art d'ain partagé
  • : Blog migré sur http://jartdainpartage.org/
  • Contact

Recherche