Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 05:07

A été annoncé aux infos hier mercredi 12 octobre 2011, la prise de décision de cette commune de la région parisienne (Nogent ) d'interdire le glanage. Cette loi vient empêcher les personnes de "fouiller et ramasser dans les poubelles, ni après le marché , ni après la récolte."


Au titre du Droit de glanage, le Code Pénal (article R26) autorisait, entre le lever et le coucher du soleil, le ramassage des fruits et légumes non ramassés dans les champs et le vergers, et des objets laissés dans les rues

On peut lire aussi sur cet article de l'ancien code pénal (10) seront punis d'amende, depuis 30 F jusqu'à 250F inclusivement (...) ceux qui, sans aucune ciconstance auront glané ou grapillé dans les champs non encore entièrement dépouillé et vidés de leurs récoltes, ou avant le moment du lever ou après celui du coucher du soleil"  

 


Donc si c'était interdit dans ces cas, c'était autorisé en dehors des cas non cités.

En 1994 lors de la réforme du code pénal, cet article aurait été abrogé et précisé par le code civil article 520 "les récoltes sur pied sont des biens immobiliers, les fruits tombés, les grains, donc les restes de récoltes sont des biens meubles"

Un meuble sur une propriété privée, appartient sauf preuve du contraire au propriétaire, donc rien n'autorise à s'en emparer, ni même à pénétrer sur cette propriété privée. Rien dans la loi ne permet plus le glanage sur propriété privée.

Par contre, si les pommes du pommier de votre voisin tombent chez vous, ils sont à vous. S'ils tombent dans la rue, on a le droit de les ramasser. (le nouveau code rural ne 'occupe plus de ce genre de choses, c'est de l'ordre du code civil désormais)

(lien vers université tangente)

 

 

 


Dans notre société "moderne" actuelle qui force à jeter la nourriture à la poubelle, à produire en surplus, et de faire du consommateur un esclave endetté dépendant de la grande distribution, pour se nourrir avec des produits industrialisés, traités aux pesticides, salés, sucrés, emballés , il est interdit d'aller glaner les poubelles qui regorgent !

 

 

Les salaires n'augmentent pas , les fruits et légumes deviennent bientot un luxe tant leur prix montent tandis que les producteurs, agriculteurs ne parviennent plus à vivre décement.

Là où la nature esDive filmt généreuse, et donne plus qu'il n'en faut pour un homme, la société actuelle invente la dictature du gaspillage, de la consommation et de la "sécurité". 

 

 

On paie des vigiles derrières les supermarchés pour empécher  de récupérer la nourriture, on interdit de faire les fins de marchés, et les resto du coeur etc ne désemplissent pas! Sous prétexte de "sécurité" les superettes comme les hyper-marchés jetent la nourriture avant la date de péremption, empéchent de récupérer les aliments, se plaignent que les trottoirs sont salis après le marché...

 


 

 

 

 

Ce monde économique ne connait pas le partage, il dévore tous et toutes les ressources. IL DETRUIT LA TERRE et les hommes dans leur stratégie de survie et de création. C'est une société vorace, nocive, qui dévore NOTRE AVENIR. 

 

 


INDIGNONS NOUS!

Le mercredi 2 Novembre 2011 à Belley le Centre Social Escale   organise la projection  dans le cadre de la Semaine Internationale de la Solidarité du film DIVE de JEREMY SEIFERT (2009) qui parle de son quotidien et de ses amis dans leur "plongée" dans les poubelles et bennes des supermarchés de la ville de Los Angeles. Un film sur la mauvaise habitude des Etats-unis de gaspiller et jeter des tonnes de nourriture encore consommable... à suivre..




  


Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 13:50

Une journée en Italie pour visiter les jardins de la Venaria Reale palais de versaille des Ducs de savoie à coté de Turin,

venaria-reale-14.08.11-0060.JPG

Un projet d'envergure, encore en chantier...que de perspectives...

venaria-reale-14.08.11-0044.JPG

venaria-reale-14.08.11-0086.JPG

 

Notre président, manu en guide passionné et érudit...


venaria-reale-14.08.11-0100.JPG

 

Et finalement le soleil au rendez vous!


venaria-reale-14.08.11-0101.JPG

Un pique nique sous la tonnelle: OUF enfin de l'ombre!

venaria-reale-14.08.11-0078.JPG

Des salades en guise de mini foret...Une belle journée qui s'est agrémentée de la visite du "bourg" ancien, d'une maison traditionnelle du val se Suse  que restaure notre président, et visite de Suse ville aux mille charmes...

 Voir Plus de photos sur "ALBUM " du blog "venaria"

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 08:27

Pierre Rabhi


Auteur et conférencier, Pierre Rabhi est à la fois paysan, l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France, et philosophe.


Son parcours

Né dans une oasis du Sud algérien d’un père forgeron, PierreRabhi est confié à un couple d’Européens dès son jeune âge. Il reçoit alors une éducation française, tout en préservant ses racines. Arrivé en France dans les années 50, ouvrier dans une usine de la capitale, Pierre remet en cause les valeurs de productivisme et de compétition de la modernité et décide de s’installer avec sa famille sur une ferme ardéchoise. Après s’être heurté aux pratiques désastreuses de l’agriculture intensive, il se tourne vers des méthodes respectueuses de la nature. Fort de cette réussite, c’est en 1981, au Burkina Faso, qu’il commencera à transmettre son amour de la terre et son savoir-faire agroécologique… 
Transmission qu’il n’a cessé de poursuivre aux quatre coins du monde, cherchant àfertiliser les sols désertiques, à redonner leur autonomie alimentaire aux plus démunis, à promouvoir une réconciliation entre les Hommes et la Terre-Mère et à inaugurer une nouvelle éthique de vie vers une "sobriété heureuse"

Initiateur de Terre & Humanisme et…

Pierre Rabhi a été à l’origine de nombreuses structures, nées de sa propre initiative ou de ses idées : ainsi l’associationTerre & Humanisme (d’abord appelée "Les Amis de PierreRabhi"), le Mouvement des Oasis en Tous Lieux, le centre agroécologique Les Amanins, la Ferme des enfants-Hameau des Buis et plus récemment Colibris - le Mouvement pour la terre et l’humanisme. Il est sollicité pour de nombreuses conférences dans le monde, et a publié chez Actes Sud son dernier livre "La sobriété heureuse".

 

 

 

Une philosophie


“L’agroécologie est pour nous bien plus qu’une simple alternative agronomique. Elle est liée à une dimension profonde du respect de la vie et replace l’être humain dans sa responsabilité à l’égard du Vivant.” Pierre Rabhi

Ayant pour objet la relation harmonieuse entre l’humain et la nature, l’agroécologie est à la fois une éthique de vie et une pratique agricole

Elle considère le respect de la terre nourricière et la souveraineté alimentaire des populations sur leurs territoires comme les bases essentielles à toute société équilibrée et durable. 

Approche globale, elle inspire toutes les sphères de l’organisation sociale : agriculture, éducation, santé, économie, aménagement du territoire…

Adaptable à tous les biotopes, au Nord comme au Sud, et accessible à tous, l’agroécologie présente des avantages à tous les niveaux :

Des avantages écologiques :

  • fertilisation organique des sols,
  • optimisation de l’usage de l’eau,
  • respect et sauvegarde de la biodiversité,
  • lutte contre la désertification et l’érosion…

Des avantages économiques :

  • alternative peu coûteuse, économie du coût des intrants et du transport,
  • relocalisation de l’économie par la valorisation des ressources locales, etc.

Des avantages sociaux et sanitaires :

  • production d’une alimentation de qualité, garante de bonne santé,
  • autonomie alimentaire des individus et stabilisation des populations sur leurs terres,
  • revalorisation de la place des paysans dans les sociétés,
  • création et renforcement des liens sociaux.

Au-delà d’une pratique agricole, l’agroécologie est une insurrection des consciences qui pourrait bien être à l’origine d’une véritable mutation sociale. Nous sommes tous concernés, alors en route vers une révolution agriculturelle  !


 

 

Découvrir Pierre RABHI à Belley

 

Bientôt (vers septembre) peut-être à Belley, la venue de Pierre Rabhi, une occasion à ne pas manquer!

Nous vous tiendrons au courant sur ce blog. En attendant quelques liens indispensables:

Le site de terre et humanisme : terre-humanisme.org

L'article de "rue 89" : "..la civilisation la plus fragile de l'histoire.."

 

Le film de Colline SERRAULT "solutions locales..."

 

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 20:21

papillonbleu

La mode du potager individuel gagne discrètement la Chine, notamment à cause de la crise de confiance liée aux nombreux scandales alimentaires.

Guoji Xianqu Daobao (international Herald Leader) Pékin

 


Après avoir fini de récolter ses navets et ses choux, Yin Ruiqing, ouvrier à la retraite, retourne la terre, coup de bêche après coup de bêche, afin de la préparer aux semis et plantations de l'année prochaine

carotte1


Son lopin se situe au pied du mont du Phénix, au delà du sixième périphérique de Pékin, dans le jardin urbain de l'Anon. Les parcelles y sont alignées telles les cases d'un échiquier. Chacune a son propre nom: jardin de Xiaoxiang ou pluie de céréales, par exemple.

"Au printemps, quand vient le moment des semis, il faut voir le monde qu'il y a ici, des adultes comme des enfants, aussi enthousiastes les uns que les autres!" explique M.Yin.


...En 2009, M.Yin avait lu dans le journal qu'une ferme située en banlieue, le jardin de l'Anon, proposait des parcelles pour les citadins souhaitant s'ouvrir à l'agriculture urbaine: tous les légumes bio qui y seraient produits seraient la propriété du cultivateur "j'avais trop envie d'avoir mon potager à moi".. finalement, il a loué cette parcelle pour 1200 yuans (135 euros) par ans..

 


Voter avec ses piedspapillonbleu

..."C'est une vraie joie pour moi de venir ici" dit Monsieur Yin , à qui le jardinage procure un bonheur impossible à connaître par ailleurs dans cette forêt de gratte -ciel. Sur les conseils d'un agriculteur employé par la ferme , il choisit les légumes à semer selon les saisons, une trentaine de variétés différentes au total....

...Même s'il prend beaucoup de plaisir à planter des légumes, il nous a confié que , au départ, c'est la multiplication des problèmes de sécurité alimentaire (lait contaminé, doliques toxiques, huile recyclée, dépassement des normes dans l'utilisation des pesticides..) au cours des dernières années qui l'avait orienté vers cette activité.


....Nombreux sont ceux à l'instar de Yin Ruiqing, ont voté avec leur pieds pour exprimer leur profonde inquiétude face aux problèmes de sécurité alimentaire.

Shi Yan professeur à l'université du peuple de chine, une des fondatrices du hameau agricole de l'Anon, explique que, l'an dernier, seules quinze familles citadines cultivaient un potager ici, mais cette année leur  nombre a grimpé en flèche, elles sont maintenant cent vingt.

Malgré l'absence de données concrètes sur ce sujet, il est indéniable que le nombre de ces jardins urbains est en augmentation un peu partout en Chine....


De cet engouement est née une nouvelle formule, avec la possibilité pour un citadin de signer un contrat avec un agriculteur, moyennant quoi celui-ci plante pour lui les légumes de son choix, en ayant ou non recours aux engrais chimiques

"Derrière la question de la sécurité alimentaire se cache une crise de confiance, et, plus profondément, le problème de la séparation de l'homme avec la nature, de sa coupure d'avec le monde" (...) 

Ainsi Zhou Li professeur à l'université du Peuple précise t-elle:

"les consommateurs et les producteurs cherchent à s'associer après le discrédit du système alimentaire de masse. Les CSA en sont une illustration; ils ont au moins le mérite de fournir une alternative au consommateur"


Par cette abréviation de CSA, M Zhou désigne ces initiatives de "community supported Agriculture" (agriculture à soutien communautaire- les AMAP étant la forme française de ce type d'organisation) qui regroupent les jardins potagers loués à des citadins et les groupements de particuliers qui s'engagent à acheter les légumes d'un agriculteur donné.

      carotte1

 


C'est au cours d'un stage dans une exploitation américaine que Shi Yan a compris comment fonctionnait le modèle des CSA. En 2008, l'université du Peuple et le district pékinois de Haidian ont fondé le jardin communautaire agricole de l'Anon, où est né le premier CSA de Chine.

Aujourd'hui, c'est une affaire qui tourne, avec des comptes équilibrés depuis cette année.


"Nous utilisons des engrais biologiques comme du purin de lombric ou des tourteaux de sésame. Nous pratiquons une agriculture complètement naturelle. Les clients peuvent surveiller chaque maillon de la chaîne de production" explique Shi Yan.....

      papillonbleu

 

 


 

Extrait d'article dans le "courrier international" n°1056/ du 27 janvier au 2 février 2011

Un article du Xin Jingbao, "les campagnes phagocytées par l'urbanisation " "Courrier International" n°1054, du 13 janvier 2011, aborde un autre aspect de la sécurité alimentaire dans l'empire du milieu: démantèlement des villages pour dégager des ressources foncières. Lien vers  www.courrierinternational.com

tableaux 0063 1216

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 16:28

 

"le jardin est un trait d'union avec le monde sauvage de proximité"


 abeille 1

 

Gilles Leblais, est ornithologue et journaliste naturaliste. Depuis des années, Gilles Leblais réalise des jardins accueillants pour la faune sauvage. Résultat, loin des jardiniers qui ne supportant pas la moindre bestiole, il est devenu l'un des meilleurs connaisseurs de la faune du jardin et des espèces végétales nécessaires à l'équilibre d'un jardin naturel...


Un jardin asile pour les animaux, c'est une idée surprenante?


Gilles Leblais: je pense qu'on s'est trop longtemps privé de nature, pire on a finit par avoir peur à force de ne plus la connaître. Pourtant un jardin vivant est un spectacle simple qui procure des dizaines de petits bonheurs. Le jardin est pour moi le lieu le plus proche de nous pour appréhender le monde sauvage, cohabiter avec lui, le découvrir...le jardinier n'est pas là pour lutter contre telle ou telle espèce, mais pour faire et vivre avec, c'est une question d'équilibre. Et réaliser un jardin nature à la biodiversité animale très riche n'est pas si compliqué que cela. Mieux il donne moins de travail. Par exemple, il nécessite moins d'entretien et je ne fais que trois tontes dans l'année de ma prairie fleurie là où mes voisins en fond huit ou dix!

 

Que faut-il éviter ou proscrire pour avoir un jardin accueillant pour la faune?


Gilles Leblais: Bien Sûr tout emploi de pesticide....ensuite je dirais qu'il faut absolument éviter de faire des haies à partir d'une seule et unique espèce d'arbre. Plus généralement, il ne faut pas penser son jardin à court terme mis plutôt prendre le temps de l'observer.

l'idéale est de projeter son jardin dans le moyen ou long terme. Par exemple, rien ne sert de s'affoler si les rosiers sont couvert de pucerons. généralement une semaine plus tard, ils ont disparu !

Il faut aussi apprendre à connaître la faune qui le peuple. Malheureusement, bien peu nombreux sont ceux qui savent reconnaître la larve de coccinelle!

Résultat, on voit une bestiole, on ne la connaît pas, dons on la classe dans les ravageurs. C'est une chose que j'i remarqué: quand on ne connaît pas , on détruit!

C'est une grave erreur...oui, je dirais que la méconnaissance et l'indifférence poussent les jardiniers à commettre des erreurs.

 DSC 0299

 

Quelles aménagements spécifiques conseillez vous?        

Avant d'aménager son jardin, je considère qu'il est avant tout primordial de bien s'imprégner du lieu, de la campagne environnante.

j'ai remarqué que beaucoup de gens dans un nouveau jardin ont tendance à raser tous les arbres existants! c'est une grande erreur. Je pense qu'il faut au contraire composer son jardin autour d'eux...ce sont les ancêtres du jardin qui ont beaucoup à nous apprendre. Et puis il ne faut jamais oublier qu"un jardin se structure au fil des ans...

Une faune riche au jardin d'agrément soit. Mais une faune riche au potager, cela ne risque pas de compromettre cultures et récoltes?

D'expérience, je sais que ce qu'on donne à la nature, elle nous le rend. aussi , si on va dans le sens de la nature, des équilibres vont s'installer au niveau du potager...on peut par exemple reléguer dans un endroit certaines plantes sans en laisser s'installer partout. Il faut s'inspirer de l'esprit des jardins de curé: chercher une harmonie de couleurs, une richesse végétale, associer des plantes à fleurs aux légumes...

Dans cette logique, même au potager, le plaisir de voir, d'observer et comprendre ce qui se joue entre les végétaux par le biais des animaux est aussi important que celui de récolter.


Extrait d'Interview réalisée par E.fOURNET pour "jardiner bio magazine" n°26 de janvier 2011 

Livre "mon jardin paradis" chez  terre vivante 19 euros (21.80 avec frais de ports)

lien vers TERRE VIVANTE. org

 

DSC 0626 017

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 16:05

Lire la "page" ci jointe correspondant à cet article présentant une démarche jardinière activiste et écocitoyenne..."laissons pousser"  


C'est arrivé ici à Belley!

Mise en pratique directe!

voici la photo de Guy Foessel pour preuve:

graine perdue..... fleur trouvée!

graine-perdue--JPG

Merci!

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:21

La permaculture 

Sauna en bottes de pailleLe mot “permaculture” a été inventé en 1978 par Bill Mollison, un écologiste australien et un de ses élèves, David Holmgren. C’est une contraction d’”agriculture permanente” ou de “culture permanente”.

La permaculture vise à concevoir des habitats humains écologiques, notamment des systèmes de production de nourriture. C’est une philosophie d’aménagement du territoire et de renfort de l’esprit de communauté qui s’efforce, par l’intégration harmonieuse des habitats humains, du micro-climat, des plantes annuelles et vivaces, des animaux, des sols et de l’eau, de créer des sociétés durables et productives. L’accent n’est pas seulement mis sur ces éléments eux-mêmes, mais surtout sur les relations qu’ils entretiennent entre eux par la façon dont ils sont placés dans le paysage ou le système à créer. Cette synergie est davantage mise en valeur par l’imitation de modèles trouvés dans la nature.

Poule dans jardinUn thème central en permaculture est la conception de paysages écologiques producteurs de nourriture. L’accent est placé sur des pratiques traditionnelles comme le paillage ou les treillis, et l’intégration d’animaux pour recycler les nutriments ou brouter les mauvaises herbes.

Cependant, la permaculture ne se réduit pas seulement à la production de nourriture. L’architecture en matériaux naturels et énergétiquement efficace, le traitement des eaux usées, le recyclage, et la protection de l’environnement en général sont d’autres composants importants de la permaculture.

La permaculture englobe également les structures économiques et sociales ainsi que le développement de communautés permanentes comme les logements coopératifs ou les écovillages. En tant que tels, les principes de design utilisés en permaculture sont applicables tant dans les milieux urbains que ruraux, et sont aussi bien appropriés à des individus seuls qu’à des fermes ou villages entiers. Récemment, des permaculteurs ont utilisé avec succès ces procédés de design pour organiser des entreprises ou leurs propres cours de permaculture par exemple. Dans ce sens, la permaculture devient réellement une façon de penser et d’appréhender une situation.C’est une des méthodes de design les plus holistiques au monde actuellement.

Exemple de carte représentant un "design" 

"Le cœur de la permaculture est sa méthode de « design » de systèmes humains. Cette conception consciente et intentionnelle de systèmes intégrés cherche en particulier à reproduire le fonctionnement et les interactions complexes des écosystèmes naturels qui ont été observés, tout en satisfaisant aux besoins des êtres humains"

 

 

Lien vers site permaculture.fr

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 10:13

2010 était l'année internationale de la biodiversité. Elle a vu la création de l'IP-BES, la plate-forme intergouvernementale science-politique pour la biodiversité, dont on attend un rôle comparable à celui du GIEC pour le climat. Au niveau français, les lois Grenelle ont-elles renforcé la stratégie nationale pour la biodiversité mise en place en 2004?

Les perspectives mondiales de la biodiversité, publiées par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), indiquent que "la perte massive de biodiversité est de plus en plus probable, et entraînerait avec elle une forte réduction du nombre de services essentiels fournis aux sociétés humaines puisque plusieurs points de basculement sont près d'être franchis" 

Cela signifie que certains dommages sont irréversibles, avec des risques en chaîne.

Il s'agit par exemple de l'effondrement de plusieurs écosystèmes de récifs coralliens, avec un impact sur la chaîne alimentaire; du dépérissement de vastes zones de forêt amazonienne, avec des conséquences néfastes pour le climat mondial et le risque d'un extinction généralisée des espèces; de modification de l'état de nombreux lacs d'eau douce provoquant des proliférations d'algues qui asphyxient de nombreux poissons...Or le rapport établi dans le cadre de l'initiative économie verte du PNUE, et présenté à la conférence de Nagoya en octobre, affirme que 40% de l'économie mondiale dépend de la nature!

En France, l'étalement urbain (lotissements, maisons individuelles..) en constante progression fragmente les territoires, isolant de plus en plus de populations animales, végétales...et par conséquence humaine. La pollution, notamment par l'agriculture trop systématiquement intensive, est une autre cause majeure d'atteinte à la flore et à la faune, avec l'extension interminable d'infrastructures routières.

Le Grenelle a mis en place la trame verte pour assurer des continuités territoriales, constituée de grands ensemble naturels et de corridors les reliant ou servant d'espaces tampons, complétée par une trame bleue, formée de cours d'eau et de bandes végétalisées autour. C'était le rôle de l'agriculture lorsque, locale et vivrière elle permettait de nourrir sainement une famille et celles alentours.

Ainsi un Plan national d'action pour les zones humides (pour nous marais Lavour, Chautagne..) a été lancé en avril, visant notamment à développer des pratiques agricoles adaptées pour les prairies.

Les aires d'alimentation de 500 captages d'eau potable identifiés devront être protégées d'ici 2012. A moins que les forages d'exploitation du gaz de schistes ne compromettent (dans tout Rhône -Alpes,le Jura, drôme, ardèche...jusqu'aux plateau du Larzac), définitivement ces mesures en mettant à l'ordre du jour une nouvelle menace écologique majeure: des nappes phréatiques , et tout l'écosystème souterrain des eaux...

Par ailleurs le plan Ecophyto 2018 vise à réduire progressivement l'usage des pesticides de 50 % "si possible"... Mais bien que la loi Grenelle prévoit une évaluation de l'impact environnemental des aides publiques,  force est de constater qu'avec l'orientation politique actuelle productiviste, et lobbyiste, les différents arbitrages viennent en  contradiction avec  les ambitions écologiques.

Le développement de l'agriculture biologique est un élément déterminant pour la biodiversité. Pourtant le projet de loi de finances prévu pour 2011 réduit de 4000 à 2000 euros le montant du crédit d'impôt sur le revenu dont bénéficient les agriculteurs convertis à l'agriculture biologique!

Serait-il possible dans ce contexte d'atteindre l'engagement d'un Grenelle de 6% de la surface agricole française en bio en 2012?- Alors que seulement 2.6% des surfaces le sont actuellement?

 

Sources de l'article Yveline Nicolas (coordinatrice de l'Adéquations; association de sensibilisation formation et soutien de projets en matière de développement durable) Biocontact n°210-fevrier 2011

Sur le gaz de schistes:

Une émission de radio du 24.02.2011 "labas si j'y suis" france inter 15h30 tous les jours à réécouter sur la-bas.org:  lien


abeille 1

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 21:18

Une maison de lotissement comme terrain d'expérience...au début était la corvée de l'entretien..

DSC00016 148

 

Puis la découverte d'un jardin vivant: Ne pas tondre systématiquement mais developper un parcours, laisser venir autant que possible la prairie, les fleurs, les abeilles.... puis faucher.

Gérer peu à peu les divers lieux de vie comme des espaces autonomes: cultures d'aventures pour une merveilleuse rencontre.


DSC00482_627.JPG

Recyclage d'une souche, qui accueille des miriades de petits habitants, quelques  herbes folles choisies, gardent l'humidité et se mangent en salade (pissenlis)....

DSC_0629_020.JPG

Récuperer les bambous ou bois rigides qui poussent de ci de là pour faire soi même ses tuteurs économiques et écologiques; Mettre l'herbe de fauche au pieds des plants conservant l'humidité necéssaire et l' engrais de la dégradation végétale progressive.

DSC 0621 012

Arroser peu, juste ce qu'il faut, avec l'eau de pluie de récupération et du purin d'ortie (fertilisant) , de prêle (repousse les pucerons..et autres parasites).

DSC00496_641.JPG

Les murs de pierre sèche, un paradis pour les insectes, les lézards, permet l'écoulement de l'eau, garde la chaleur! 

DSC_0036_760.JPG

Des pépins qui se révèlent tout seuls! quelle surprise!

DSC_0299.JPGDSC_0363.JPG

 

 

Mon généreux automne 2010 


Dans ma cours de 9 m2 qui n'a le soleil que jusqu'à midi

mes propres semis plantés dans des pots de terre!


DSC_0630_021.JPG

 

 

Le vignoble urbain, paradis des abeilles

Et au printemps délice de feuilles de vigne farcies!


DSC_0617_008.JPG

  En pleine ville, sans terrain, notre verger vertical donne un raisin noir local (baco) .... très bon en jus!

Repost 0
Published by j'art d'ain partagé - dans Coté culture

Présentation

  • : Le blog de j'art d'ain partagé
  • Le blog de j'art d'ain partagé
  • : Blog migré sur http://jartdainpartage.org/
  • Contact

Recherche